Human and Non-human heritage preservation
De-colonized creativity
Situated education
Common language

COUTEAU CHIEN

Taxonomie potentielle du Couteau CHIEN

dach&zephir

Acteur

Depuis 2016, Florian Dach et Dimitri Zephir, diplômés de l’École des Arts Déco de Paris (EnsAD), forment le duo dach&zephir. Pensé comme espace de création libre, ils y croisent leur vécu — à Paris et en Guadeloupe — à la recherche de ce qui fait histoire et identité. L’histoire et l’héritage culturel y sont abordés comme une matière première de conception riche, capable de générer un langage de formes, de matières et d’usages à l’origine d’artefacts. Le duo a ainsi construit sa démarche créative sur la base du Tout-Monde, un concept qui s’inscrit dans la pensée du philosophe martiniquais Edouard Glissant, selon lequel notre monde actuel doit se raconter suivant des principes d’interpénétration des cultures, dans une véritable dynamique d’échange. Leur travail a été exposé à la Carpenters Workshop Gallery de Londres, au Salon Satellite de Milan, à la Dutch Design Week de Eindhoven, à la biennale Reciprocity Design Liège, à Operae design Festival de Turin, au Mémorial ACTe en Guadeloupe ou encore au Shenzhen Museum of Contemporary Art en Chine.

Action

Élòj Kréyòl est une recherche par le design qui retrace les histoires oubliées, minorées dans la généalogie de l’archipel des Antilles. Elle propose d’en raconter les histoires culturelles aux moyens de pratiques, techniques, gestes, et rituels de vie qui caractérisent l’identité créole. À travers l’étude d’un couteau de cuisine emblématique des Antilles Françaises, le couteau CHIEN, ce volet de la recherche propose de mettre en lumière des Actions de créolisation à l’œuvre sur le territoire des Antilles Françaises. Les différentes formes de réinvention du couteau CHIEN racontent l’agentivité naturelle créoles, face à la standardisation de cet ustensile. Cette taxonomie potentielle du couteau CHIEN aux Antilles propose un courant historique et créatif nouveau dans l’histoire du design : le design créole. Une approche qui permet de penser l’intersection des cultures, des imaginaires et des créativités, et où les notions de résistance, résilience, et décolonisation entrent en conversation.

Couteau CHIEN, collection série 1 © Andrès Baron, 2020

COUTEAU CHIEN POU FWI (tr. pour les fruits), collage numérique d’après « Marchande de corossols ». © dach&zephir, 2019

COUTEAU CHIEN POU KAYÉ PWASON (tr. écailler le poisson), collage numérique. © dach&zephir, 2019 TAXONOMIE

Couteau CHIEN ékayè, utilisé pour le nettoyage du poisson. Lame aluminium, mahogany et capsules de cannettes © Andrès Baron, 2020

Couteaux CHIEN plancha — détail. Lame aluminium, bois de poirier © Andrès Baron, 2020

Couteau CHIEN, collection série 1 © Andrès Baron, 2020

Couteau CHIEN, collection série 1 © Andrès Baron, 2020

TAXONOMIE POTENTIELLE DU COUTEAU CHIEN (collages numériques, ©dach&zephir, 2018—19) de gauche à droite : couteau CHIEN jant biskèt, couteau CHIEN pour fruits, couteau CHIEN de table, couteau CHIEN-lélé, couteau CHIEN ékayè, couteau CHIEN pik a fwi couteau CHIEN ti-punch, couteau CHIEN tounvis, couteau CHIEN cuivre, couteau CHIEN pik a glas, couteau CHIEN-canif

Couteau CHIEN vannerie karayib & couteau CHIEN pour fruits © Andrès Baron, 2020

Taxonomie potentielle du Couteau CHIEN est un projet de recherche et de spéculation, qui s'inscrit dans le cadre de la recherche en design de terrain d'Eloj Kréyol menée par le studio dach&zephir depuis 2015-16, dans lequel le duo explore les histoires minées et perdues des Antilles françaises (Guadeloupe et Martinique).
À travers des contributions polyformes et polysémiques (design de produits, essais visuels, articles et programmes éducatifs), Eloj Kréyol propose de ré-embrasser la diversité et la pluralité des aspects historiques et culturels des cultures créoles dans les Caraïbes, en célébrant/inaugurant la créolisation (du design). Un concept popularisé par le poète et philosophe martiniquais Edouard Glissant, à travers lequel le duo construit sa manière créative de penser le design.

Lors du deuxième chapitre de la recherche Eloj kréyol en Martinique en 2018, dach&zephir a découvert l'histoire particulière du couteau CHIEN grâce à M. Esson, un ancien artisan du balai de bambou qui a été invité à partager son savoir-faire lors d'un programme éducatif qu'il a fait avec l'école primaire du Vauclin, Martinique.

Produit en France depuis des générations à Thiers, on raconte que ce couteau a fait son apparition aux Antilles comme cadeau de mariage d’une cuisinière. Plus tard, il donnera son nom à la célèbre sauce Chien, une sauce faite à partir d’émincés d’oignons et de tomates, qui agrémente les plats locaux. Aujourd’hui, le couteau CHIEN, dont la production est presque exclusivement vendue aux Antilles, compose le nécessaire de la cuisinière antillaise.

La célébrité du "couteau CHIEN" a toujours reposé sur son potentiel d'usages riches jusqu'à épuisement de la lame. "[...] Et quand le manche fnissait par céder par temps de longs travaux ou du travail qu’il avait exercé durant de longues années, le père ou le grand père redonnait vie à ce couteau, en metant un bout de bois tout autour du manche, qu’il enroulait avec un bout de caoutchouc — de pneus de voiture ou de bicyclete - et souvent aussi des fls qu’ils traient de câbles électriques pour pourvoir enrouler et maintenir le manche [...] .” Le couteau était inépuisable. Même lorsqu'il n'était plus qu'une petite lame fine, les gens l'utilisaient, comme nous l'avons dit, pour "briser la glace", ou pour abattre les animaux, ou encore il servait de tournevis. Le couteau à chien était un outil utilisé par l'ensemble de la famille et pour toutes les occasions. C'est important, important ! " 1

Cette adaptation du "couteau CHIEN" illustre l'agilité naturelle des communautés créoles, que l'on peut rapprocher des formes contra-industrielles qui existent à Cuba (Ernesto Oroza, Rimikibili, 2009). Pour dach&zephir, ces formes créatives de réappropriation sont l'essence même d'un processus de design propre à l'île et à son histoire, et ce "redesign" du couteau CHIEN participe de leur idée d'un "design de créolisation". La taxonomie potentielle du Couteau CHIEN montre une histoire inconnue perdue par l'introduction d'un manche en plastique plus durable qui a effacé la tradition de personnalisation du couteau. Cette histoire a été co-écrite entre Thiers et les Antilles françaises ; entre une production industrielle qui se réinvente à travers un savoir-faire manuel, propre aux cultures créoles.

Cette collection permanente présente différentes typologies de couteaux, correspondant aux multiples usages qui existent dans le contexte de l'île, en remodelant son manche (et pour certaines propositions, en modifiant la lame). Chaque manche a été recréé à partir de scènes ou d'usages quotidiens que le duo a pu observer ou entendre, grâce à des matériaux et des techniques locaux.

Dans la continuité de ces réinventions, et sur la base d'une série de discussions avec les habitants, la collection propose de faire revivre cette tradition et d'imaginer l'usage futur du couteau CHIEN, en créant de nouvelles formes, de nouveaux hybrides, de nouveaux imaginaires. Une autre façon de penser le processus créatif. Une ode à la créolisation.

1. Extrait de « Le saviez-vous ? Le couteau chien », web-documentaire de Jeff Thoze sur Youtube.