De-colonized creativity
Common language
Situated education
Human and Non-human heritage preservation

COUNTER-COLONIAL AESTHETICS

The Punkah and climate

Marginal Studio

Acteur

MARGINAL Studio a été fondé en 2014 par Zeno Franchini (MA Social Design, Design Academy Eindhoven) et Francesca Gattello (MA Product Design, Politecnico di Milano). Ce studio de recherche explore les marges des disciplines du design et les rôles que le design peut jouer dans la fabrication des sociétés. Le duo de designers utilise des prototypes, des installations, des écrits et des films pour étudier et documenter la production d'univers et d'espaces tangibles, et leurs implications à l'échelle planétaire. Ils développent une pratique dans un dialogue continu avec d'autres professions, d’autres expertises et cultures. A l'encontre des logiques et des cadres du design et de l'art, ils visent à développer une dissidence constructive, en expérimentant des interactions comme formes de pratique sociale et de conscience politique. Leurs travaux ont été présentés dans des lieux prestigieux comme la 58e exposition internationale d'art de Venise (2019), Manifesta 12 à Palerme (2018), Triennale Design Museum - W. Women in Italian Design (2017), La Panacée, Terminal P Montpellier FR (2016). Ils ont remporté différents prix comme le DESIGNSCAPES 2020 Building Capacity for Design enabled Innovation in Urban Environments, financé par le programme-cadre Horizon 2020 de l'Union européenne UE, le Creative Living Lab financé par MIBACT Direzione Generale Creatività Contemporanea e Rigenerazione Urbana del Ministero per i Beni e le Attività Culturali IT, 2018 Gold Award China International Creative Umbrella Design Competition Quanzhou CN, 2016 Finalist Coal Prize Paris FR.

Action

« Counter-Colonial Aesthetics » est une recherche-Action sur le potentiel des migrations à recadrer le patrimoine et les visions de l'Europe contemporaine par la construction d'un patrimoine commun et d'identités diasporiques. Elle développe le dialogue entre personnes d'origines différentes afin de favoriser leur interaction, par le biais de pratiques participatives et de la fabrication d'objets. Son objectif est de façonner un patrimoine interculturel commun et créer de nouvelles visions de la coexistence collective. Marginal Studio expose ici son travail avec la communauté bangladaise, issu de l’enquête autour de ses traditions et croyances, en particulier dans la relation entre culture et environnement. Marginal Studio a effectué une recherche autour d’objets spécifiques comme le ‘Punkah’ qui créent de l'atmosphère dans l'espace par le biais de paramètres perceptifs (humidité, vent, chaleur). En redessinant ces objets, ils établissent un lien avec la tradition religieuse propre à la culture du Bangladesh et interrogent le rôle du colonialisme dans l'accélération du réchauffement climatique.

Workshop impliquant les communautés diasporiques à
Palerme dans le cadre du projet FULCRUM -
Centre de recherche sur la culture matérielle en
Transitte

Fabricant de meubles dans une périphérie de Palerme, accueillant des ateliers avec des migrants et des communautés diasporiques.

Un jeune artisan reprend un ancien atelier de marqueterie, qui accueille des ateliers le cadre du projet FULCRUM -
 Centre de recherche sur la culture matérielle en
 transite

Marqueterie d'un manguier, inspirée par les histoires des communautés du sud de l'Asie à Palerme. Pour les hindous, la mangue est une plante sacrée, utilisée pour les décorations de fête.

Punkah installé dans une salle à manger en Angleterre, héritage colonial et précurseur de la climatisation contemporaine.

Atelier de marqueterie à Palerme.

Les placages de mangue et d'autres bois tropicaux sont utilisés depuis des siècles pour décorer les meubles européens. Aujourd'hui, le changement climatique rapproche de plus en plus ces arbres.

Inondations au Bangladesh,Au cours de la dernière décennie, près de 700 000 Bangladais ont été déplacés en moyenne chaque année par des catastrophes naturelles.

Représentation d'un Punkah utilisé en Inde, rarement l'esclave (coolie) et les colonisateurs apparaissent dans les mêmes images.

Échantillons de marqueterie de feuilles de mangue

Plateau de table représentant une fleur de mangue.

Temple hindouiste à Palerme



LEUR TRAVAIL À PALERME

Ils étudient actuellement un nouveau processus d'ateliers de co-conception structurés, issu des méthodes de design qu’ils traduisent dans un contexte ancré dans la pratique à long terme, à travers lequel ils réimaginent les productions urbaines comme un pont entre la culture locale et les migrants. Avec le projet "Counter-Colonial Aesthetics", ils s’engagent avec les artisans et les migrants sur leur héritage pour renverser la relation de pouvoir hôte-invité, déclenchant la rencontre de l'expertise traditionnelle locale avec les connaissances déplacées par les migrations humaines. Ils considérent le concept de diaspora comme un véhicule de négociation diplomatique entre des communautés qui trouvent dans "l'autre" un déclencheur pour rediscuter du concept d'identité et de reconnaissance culturelle. Pour favoriser l'inclusion sociale, ils impliquent les gens autour d'activités manuelles pour évoluer vers une pratique d'"auto-assistance", en valorisant les compétences déjà détenues par les classes défavorisées qui sont généralement considérées comme des sujets passifs ayant besoin d'aide. La culture matérielle est le terrain commun pour établir un dialogue qui dépasse les préjugés linguistiques et se concentre sur la curiosité mutuelle et la solidarité tout en récupérant les moyens de production pour nourrir et reconstruire la connaissance collective. Marginal Stusdio recherche, expérimente et crée des prototypes en mettant l'accent sur les matériaux naturels et les techniques vernaculaires, en essayant de se détacher de la tendance nostalgique à percevoir la production artisanale pour y inclure des éléments technologiques et innovants. Ils essayent de définir des interactions basées sur la perception de l'autre comme détenteur d'un savoir unique et à développer une archive ouverte en ligne pour la culture matérielle à partir de ces expériences afin de renverser l'effacement colonial du patrimoine local et de créer un inventaire d'outils de conception durable.

ESTHÉTIQUE CONTRE-COLONIALE

Ils menent actuellement une enquête matérielle sur le travail du bois dans toutes ses facettes et spécialisations techniques, comme l'un des métiers les plus répandus et encore largement dispersés dans la ville. Sa large diffusion urbaine en fait le support idéal pour créer un large réseau de collaborations entre ateliers et menuisiers, tant formelles qu'informelles. La menuiserie a été maîtrisée localement à travers des siècles de production de culture matérielle et aujourd'hui elle a le potentiel de devenir un outil précieux pour les pratiques de design social afin de refléter la présence de "l'autre" en engageant les communautés diasporiques à créer des artefacts qui mêlent de nouvelles formes et significations. Profitant de la possibilité d'auto-conception à partir d'une approche inclusive, ils s’ s’engagent directement avec les communautés vivant à Palerme pour mettre en évidence le potentiel de ce qui est déjà disponible. Grâce à l'existence d'économies informelles, ils explorent l'artisanat en dehors des contraintes économiques rigides de l'industrie et sans le paradigme colonial de la maximisation du profit : ils cherchent à rendre à la fois la richesse et l'accessibilité des outils, de l'expertise et des compétences extraordinaires qui risquent de se perdre dans le flux rapide et abrupt du "développement" du monde globalisé. En utilisant les techniques de marqueterie, de sculpture et d'ébénisterie sicilienne, ils participent à la coexistence de nouvelles communautés à Palerme et en Europe, en créant des objets traditionnels hybrides qui mêlent le vernaculaire et ses opposés.

LE CONCEPT EN DÉTAIL

Counter-Colonial Aesthetics est une enquête sur le potentiel des migrations à recadrer l'héritage et les visions de l'Europe contemporaine : elle représente un modèle qui peut être reproduit dans n'importe quelle "ville d'arrivée" dans le monde, en partant de ses propres singularités. Pour faire face à la "crise migratoire", ainsi qu'aux crises environnementales et pandémiques, la plupart des efforts sont déployés dans les phases "d'urgence". Cependant, trop peu de choses sont abordées dans les étapes suivantes, où les processus collectifs peuvent recréer la coexistence par la solidarité. Partant de ces prémisses, Counter-Colonial Aesthetics développe un dialogue entre personnes d'horizons différents, comme des artisans siciliens, des migrants, des jeunes et des chômeurs, afin de favoriser les interactions par le biais de pratiques participatives et de la fabrication d'objets, dans le but de façonner un patrimoine interculturel commun et de créer de nouvelles visions de la coexistence collective. Les ateliers de co-design structurés offrent aux artisans et aux migrants l'occasion de puiser dans leurs connaissances et de produire des objets syncrétiques porteurs de deux valeurs ajoutées cruciales, tant du point de vue du design que du point de vue culturel : la qualité artisanale des objets produits localement et l'inclusion sociale des groupes de citoyens défavorisés. Dans le cadre du capitalisme mondial, l'artisanat n'est pas en mesure de survivre, du moins dans son essence de moyen d'expression de la réalité environnante dans ses aspects sociaux, culturels et économiques, perdant sa pertinence pour les communautés, en particulier dans les contextes urbains. Au contraire, les designers constatent la nécessité croissante d'humaniser les productions de masse avec des références au travail manuel et aux productions uniques. Pour ces raisons, reprendre le fil de l'artisanat et de sa fonction sociale signifie redéfinir son processus et refonder les traditions sur sa capacité à fusionner et à incorporer "l'autre". La culture matérielle est souvent négligée au profit de l'échange verbal discursif. Au contraire, Marginal Studio la soutien en tant que terrain commun pour des interactions qui favorisent une curiosité mutuelle qui va au-delà des préjugés linguistiques, religieux ou culturels. En essayant de revenir sur les actes de pillage et d'appropriation typiques de l'intrusion/intervention coloniale dans les cultures qui cherchent aujourd'hui en Europe le lieu de leur épanouissement, ils reconnaissent le patrimoine européen comme le produit de la rencontre de tous les "autres" entrants. Dans ces circonstances, les identités se déplacent constamment, et grâce à l'ouverture partielle des frontières, les communautés étrangères prospèrent dans leur diversité, ce qui est vital pour notre avenir et pour recadrer la géopolitique occidentale. Cela nécessite toutefois un changement dans la manière dont l’Europe "accueille" les étrangers, vers un processus de désapprentissage qui, partant de la culture, rompt avec l'eurocentrisme. Le savoir-faire des cultures marginalisées est extrêmement important pour le développement d'un véritable design et d'une architecture durable : il s'agit d'un savoir circulaire et moins extractif qui risque de disparaître de l'artisanat européen comme de l'artisanat africain et asiatique. Pour préserver ce savoir, l’archivage méticuleux de leurs recherches demeure essentiel.

EXPOACTION ITÉRATION

Les bois utilisés pour la marqueterie sont le plus souvent des bois exotiques, à partir du XVe siècle, toutes les décorations les plus élaborées ont été exécutées avec des bois tropicaux, provenant de contrées lointaines et d'arbres rares. Aujourd'hui, la marqueterie a presque disparu et les quelques artisans qui restent ne connaissent pas la provenance du bois qu'ils utilisent. Certains de ces bois exotiques appartiennent à des arbres que l'on trouve aujourd'hui aussi en Europe, le changement climatique et le commerce ont fait que certaines plantes se sont acclimatées ici, de la même manière que les gens ont été déplacés ou ont migré de force. Marginal studio utilise cet art pour décrire le sentiment d'étrangeté qui nous envahit face au changement climatique, la désorientation d'un monde que nous ne connaissons plus. Le changement climatique nous donne l'impression d'être chez nous dans des endroits lointains, tandis que les traditions se déplacent en même temps que le monde naturel qui les a produites. Dans de nombreuses villes italiennes, en marchant dans les rues, on peut souvent entendre des langues jamais entendues auparavant, la deuxième langue la plus diffusée étant le bengali. Malgré l'image véhiculée par les médias, les nouveaux Européens ne sont pas seulement des Iraquiens, des Syriens ou des Libyens, mais en fait, les deux groupes les plus importants sont les Bangladais et les Nigérians. À Palerme, il y a sept mosquées bangladaises, un temple hindou bangladais et un temple mauricien. En interrogeant les traditions et les croyances de ces communautés, il est possible de comprendre une relation alternative avec l'environnement naturel ainsi que des imaginaires collectifs qui sont façonnés sur des hybrides de religions et de cultures, où le sens du lieu se fond dans l'autre. Pour approfondir la relation entre la culture et l'environnement, le duo de designers a sélectionné les objets qui créent l'atmosphère dans l'espace à travers des paramètres perceptifs (humidité, vent, chaleur/lumière) et qui représentent une relation avec les agents climatiques et la crise climatique contemporaine. Les déshumidificateurs, la climatisation, les ventilateurs, les appareils sanitaires sont souvent inefficaces sur le plan environnemental, tout en étant fortement liés au modernisme. Le chauffage, la ventilation et la climatisation (CVC) ont permis de construire des tours de verre et d'acier, alors qu'avant son invention, les bâtiments ne pouvaient pas dépasser 20 étages, car la seule ventilation provenait des fenêtres. En Asie du Sud-Est, par exemple, il existe un exemple emblématique du lien entre les technologies de chauffage, de ventilation et de climatisation et une attitude à l'égard du climat : le Thermantidote (un antidote littéral à la chaleur) était une boîte avec un ventilateur rotatif, tourné soit avec une poignée soit avec une pédale par un coolie à l'extérieur. L'alternative était les Punkahs, de grands ventilateurs pivotants, fixés au plafond et tirés par un coolie à l'époque coloniale. À travers le re-design collectif de ces objets, les designers ont décidé de faire le lien avec la tradition religieuse qui caractérise si fortement la culture du Bangladesh, et ont enfin compris comment l'Empire a affecté la "Grande accélération" du réchauffement climatique, comment le colonialisme tardif a retardé l'apparition du réchauffement climatique tout en créant une économie du désir qui pousse aujourd'hui les gens à venir en Europe.